J’ai donné naissance à l’étranger … deux fois!

Je suis devenue maman en 2009. Ce fût un long processus qui a également marqué le début de ma nouvelle vie en Finlande. Pendant ma grossesse, j’ai rendu visite à une sage-femme affiliée à la clinique du district où j’ai dû faire un bilan général. Je pense que la seule fois où j’ai rencontré un médecin, c’est lors du test de clarté nucale (test NT, qui détecte le syndrome de Down) à l’hôpital d’Espoo. Venant du système italien où vous avez votre gynécologue qui vous connaît et vous suit pendant toutes les étapes de la grossesse et de l’accouchement, je dois admettre que je me sentais un peu confuse, surtout en parlant et comparant avec mes amies restées en Italie.

J’ai suivi une classe d’accouchement (en finnois), mais je m’y suis sentie complètement perdue à cause de la barrière de la langue. Parfois, je ressentais du découragement et du désespoir parce que je n’étais pas capable de comprendre certains problèmes principaux et j’avais peur de ne pas être assez prête pour le grand jour. Pourtant, j’ai pris au fur et à mesure de l’assurance grâce à mes lectures au sujet de la grossesse et de l’accouchement, et au soutien de mon mari qui est devenu mon traducteur officiel.

J’étais enceinte de six mois lorsque j’ai reçu ma boîte de maternité de l’État finlandais. Une fois passé en revue tous les articles pour bébés qui se trouvaient dans cette boîte, j’ai dû admettre que les Finlandais savent vraiment comment impressionner les gens s’ils le veulent. Un trésor se trouvait dans cette boîte : des tenues soigneusement sélectionnées, des jouets, des serviettes et plein d’autres nécessités pour le nouveau-né et la nouvelle maman. En utilisant ces échantillons, il était plus facile de préparer ma valise de maternité.

Le jour où le travail s’est déclanché, j’étais à nouveau confuse et surtout épuisée. Je me suis rendue à deux reprises à l’hôpital avant d’y être vraiment hospitalisée. Les sages-femmes, à l’hôpital, ne cessaient de me dire qu’il était trop tôt malgré les douleurs intenses que j’avais commencées à ressentir. Je suis rentrée à la maison, j’ai pris une douche, je me suis détendue un peu, puis je suis retournée à l’hôpital. Finalement, les sages-femmes m’ont dirigé vers une pièce où un bain chaud m’attendait. J’ai également utilisé le gaz hilarant pour soulager mes douleurs. Après 15 heures de travail, mon fils est né. Des larmes de bonheur ont roulé sur nos joues. Nous étions enfin parents et notre bébé était en sécurité et en bonne santé.

Mon deuxième fils est né à Dubaï quelques années plus tard. Donner naissance aux Emirats Arabes Unis était une expérience bien différente. Cette fois, je me sentais plus confiante et probablement également plus mature pour gérer la situation.

Dès la confirmation de ma grossesse, j’étais libre de choisir le médecin et l’hôpital que je voulais et de mettre en place un plan en tenant compte de la couverture que j’avais prise avec mon assurance. Cette fois-ci, j’ai opté pour une gynécologue, une adorable danoise, qui croyait aux pratiques naturelles d’accouchement et qui m’a expliqué en détails tout ce dont j’avais besoin de savoir. Elle travaillait dans une petite clinique, mais elle était très bien équippée. Elle avait même un scanner à ultrasons 4D qui permettait de prendre des photos et des vidéos du foetus.

Le fait de n’avoir qu’un seul médecin m’a aidé à me détendre tout au long du processus. Même lorsque je voyageais à l’étranger et que je ressentais une douleur étrange, elle était toujours joignable et heureuse de m’aider. Un simple message suffisait à rassurer mes doutes.

A l’approche de la date d’échéance, j’ai visité l’hôpital pour savoir exactement où aller une fois que le travail allait commencer. L’hôpital ressemblait à un hôtel cinq étoiles, propre et scintillant de tous les côtés. La maternité était située au niveau d’un étage privé. Les chambres étaient confortables et meublées avec une télévision à écran plat, un mini-réfrigérateur et une salle de bain. Une option menu était disponible à tout moment de la journée. Le personnel médical était à mes petits soins et très amical.

Quand le travail de l’accouchement a commencé, ma doctoresse est arrivée à l’hôpital au milieu de la nuit. Au début, j’ai eu le droit à une piscine d’accouchement pour me détendre. Ce médecin m’a soutenu psychologiquement et physiquement tout au long du travail. Je n’oublierai jamais ses gentils mots d’encouragement. Elle m’a massé le front et les épaules tout en me racontant toutes les douces histoires sur la façon dont elle a donné naissance avant moi. Mes rires et mes pleurs m’ont soulagé. Quelques heures plus tard, mon petit bonhomme était né. Nous sommes restés à l’hôpital seulement une nuit, et le lendemain, après la première visite pédiatrique, nous étions prêts à commencer à la maison, une vie de famille composée de quatre personnes.

Vanja, une maman italienne voyageuse

En promenade sous une combinaison extérieure ou à la maison dans son lit douillet, cette tenue NALLE (ours en peluche) composée d'un jumpsuit et d'un bonnet à 53% de laine fine, est… https://t.co/xTMAbEUKK1

Expédition internationale gratuite et paiement sécurisé

Pin It on Pinterest

Share This