Témoignage d’une maman française de Singapour

Singapour, c’est le paradis pour les enfants: on y trouve pléthore d’activités aussi bien en intérieur qu’en extérieur (l’avantage d’avoir la mer et le beau temps), le tout dans un environnement très sécurisé. Pour autant, le taux de natalité pour les Singapouriens n’est que de 1,2 enfants par couple. Pourquoi pas plus si la vie est si belle ? Parce qu’avoir un enfant et l’élever, cela coûte cher à Singapour, et encore plus pour les étrangers.

Vous êtes prêts pour l’aventure et vous souhaitez accoucher à Singapour ? La première chose à laquelle il faut penser, c’est l’assurance santé. Glamour, n’est-ce pas ? Beaucoup de mamans ne s’y prennent pas à temps et ça devient l’angoisse car la plupart des entreprises n’offrent aucune couverture pour la maternité mais en plus de cela vous ne trouverez aucune assurance à Singapour qui couvrira la maternité sans un délai de carence d’au moins 9 mois. Il faut donc absolument anticiper !
Une assurance qui couvre tous les frais de maternité (consultations, tests, accouchement et complications) coûte au min. S$6k (environ 3700€) et compte tenu du délai de carence, il faut y souscrire pour au moins 2 ans donc c’est gros budget qu’il faut prendre en compte.
Personnellement j’ai opté pour une couverture qui ne comprenait que l’accouchement et les complications et dont le delais de carence était très long (24 mois) mais je dois avouer que c’est assez stressant d’avoir à payer tous les frais pré-accouchement et de voir les factures s’accumuler, surtout pour une française (pas l’habitude de payer pour les frais médicaux…).
Cela nous a coûté $4.5K/2800€; et la facture pour l’accouchement était d’environ S$12K/ 7400€ (accouchement naturel, sans complications, avec épidurale). D’après ma gynécologue, la plupart des singapouriens n’ont pas d’assurance, mais personnellement je trouvais le risque trop grand: comment fera t’on s’il y a des complications et que cela nous coûte S$200K/124 000€ (comme j’avais pu le lire dans un forum de discussions…)?

Le bon point est que le suivi gynécologique est de qualité et que vous pourrez bénéficier des meilleurs technologies pour suivre le développement de votre petite crevette. Je suis allée voir ma gynéco environ 1 fois par mois puis de plus en plus fréquemment au fur et à mesure que le terme approchait. La plupart du temps, je faisais une échographie. Il est relativement courant pour les singapouriens de demander à accoucher par césarienne à une date donnée, par superstition mais aussi je pense parce que cela réduit considérablement les risques de complications liés à un accouchement par voie basse. Il y a des cours de préparations à l’accouchement, donnés soit par l’hôpital dans lequel vous accouchez soit par des sages-femmes (plutôt des ex-sages femmes expatriées à Singapour), bien sûr cela a un coût.

Le congé de maternité à Singapour est théoriquement de 16 semaines: 8 semaines payées par l’entreprise, 8 semaines payées par le gouvernement. Malheureusement pour bénéficier des 8 semaines payées par le gouvernement il faut que votre bébé soit singapourien, ce qui n’est possible que si l’un des parents l’est déjà…donc à moins d’avoir une entreprise généreuse, le congé de maternité payé est de 8 semaines. Lorsque l’on est dans ce cas, la loi autorise la jeune maman à prendre en plus 4 semaines de congés non payés. Personnellement, je n’y ai pas eu recours, mais en retour mon patron m’a permis de travailler de la maison de manière flexible, notamment le matin. Cela m’a beaucoup aidé car j’allaitais et j’ai trouvé que 8 semaines étaient passées beaucoup trop vite.

Le gouvernement singapourien soutient énormément l ‘allaitement et c’est probablement pour cela qu’ici le lait 1er âge coûte SS50-60 (30-40€) la boîte. J’ai régulièrement entendu/lu des témoignages de mamans qui avaient allaité jusqu’aux 2 ans de leur enfant, voire plus. Pour autant, toutes les entreprises n’offrent pas un environnement propice pour tirer son lait. J’ai pour ma part allaité pendant 6 mois et je tirais mon lait dans notre salle informatique, là ou plusieurs de mes amies ont du tirer leur lait dans les toilettes…

Après la naissance, il est coutume pour les jeunes mamans singapouriennes de faire appel a une « confinement lady » pendant le premier mois, une sorte de sage-femme qui aide la maman à retrouver au plus vite ses forces en lui imposant un régime alimentaire strict (à base de gingembre, d’herbes, de pied de cochon, poisson, pruneaux,…) et en s’occupant du bébé jour et nuit en dehors des tétées. Si le régime alimentaire peut être relativement rebutant, l’idée de se concentrer sur l’allaitement et le repos est plutôt sympa, n’est-ce pas ? Sauf que cela implique aussi de ne pas sortir de chez soi pendant un mois (sauf pour les rendez-vous chez le pédiatre) et parfois aussi de ne pas prendre de douche (vieille tradition chinoise). D’une manière générale, les locaux ne vont pas s’aventurer avec leurs enfants en dehors de Singapour tant qu’ils n’ont pas un an révolu alors que la plupart des expatriés vont profiter du congé maternité pour rentrer dans leur pays natal et présenter le petit à papy et mamie, ou tout simplement prendre un peu de bon temps sur une petite île, pas loin. Mon bébé a aujourd’hui 9 mois et il a déjà été dans 6 pays différents ! Cela fait partie des bons côtés de la vie à Singapour, voyager c’est facile, y compris avec un bébé 🙂

Hélène, une maman française de Singapour.

En promenade sous une combinaison extérieure ou à la maison dans son lit douillet, cette tenue NALLE (ours en peluche) composée d'un jumpsuit et d'un bonnet à 53% de laine fine, est… https://t.co/xTMAbEUKK1

Expédition internationale gratuite et paiement sécurisé

Pin It on Pinterest

Share This